Guinée-Bissau: les militants du PAIGC réclament des comptes après la défaite

Deux jours après l’annonce des résultats du second tour de la présidentielle, les militants du PAIGC ont du mal à croire encore à la défaite de leur candidat Domingos Simoes Pereira. Ils exigent des explications sur la gestion des fonds alloués à la campagne.

Au sein du Parti africain pour l’indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC) de Domingos Simoes Pereira, c’est toujours le grand déballage. Les posters géants partout visibles ont été décrochés et un silence de cathédrale règne au siège du parti.

La pilule est encore difficile à avaler. Des responsables du parti s’accusent mutuellement d’être à l’origine de la défaite du candidat Domingos Simoes Pereira. Pour certains militants très remontés contre leur dirigeant, il ne fait aucun doute que les moyens financiers et logistiques colossaux dont dispose le parti ont été indûment utilisés.

Des défections à venir ?

Des responsables se sont rempli les poches, puis sont restés dans la capitale alors qu’ils auraient dû aller battre campagne à l’intérieur du pays, disent-ils. D’autres responsables reprochent à Domingos Simoes Pereira d’avoir confié la gestion des fonds de campagne à des proches, ou encore que sa défaite se justifie par son attitude : « Il a eu la grosse tête et manquerait même de modestie ».

La direction du parti rumine amèrement le déboire. Des sanctions sont prévues après que toutes les leçons de l’échec aient été tirées au clair. Un congrès extraordinaire anticipé n’est pas à exclure. Et d’autres dirigeants pourraient même quitter le navire avant cette échéance.