L’Afrique du Sud ferme son ambassade au Nigeria

L’Afrique du Sud a temporairement fermé ses missions diplomatiques au Nigéria à la suite d’attaques de représailles déclenchées par les violences xénophobes en Afrique du Sud.

Entre dimanche et mercredi, des foules ont pillé et détruit des magasins – appartenant pour la grande majorité à des étrangers – dans le centre commercial sud-africain de Johannesburg.

Le gouvernement nigérian s’est exprimé ouvertement sur la situation, condamnant cette violence.

La ministre sud-africaine des Affaires étrangères a qualifié cela d’embarrassant pour son pays.

« Notre gouvernement regrette toute violence contre les magasins appartenant à des étrangers ou les Africains d’autres pays qui résident en Afrique du Sud », a déclaré le radiodiffuseur national SABC en citant le ministre, Naledi Pandor.

Mardi et mercredi, des entreprises sud-africaines ont été la cible de manifestants dans plusieurs villes nigérianes.

Le géant sud-africain des télécommunications MTN a fermé ses magasins par précaution.

Sept personnes ont été tuées dans les troubles en Afrique du Sud, mais aucune des victimes n’a été identifiée comme nigériane.

Néanmoins, les vidéos et les images partagées sur les médias sociaux qui prétendent montrer des Nigérians attaqués et tués ont attisé les tensions.

Le président nigérian Muhammadu Buhari a envoyé un émissaire en Afrique du Sud pour « exprimer le mécontentement du Nigeria à l’égard du traitement de ses citoyens ».

Mais mercredi, le ministre des Affaires étrangères Geoffrey Onyeama a précisé que, bien que le gouvernement estime que les entreprises nigérianes en Afrique du Sud ont été prises pour cible, il n’avait aucune information selon laquelle l’un de ses citoyens était mort.

« Il y a beaucoup d’histoires qui circulent sur les Nigérians qui se font tuer, sautent d’un immeuble et sont brûlés. Ce n’est pas le cas », a-t-il déclaré aux journalistes.

Il a également exhorté la population à cesser de s’attaquer aux entreprises sud-africaines au Nigeria, affirmant que le président « est particulièrement consterné par les actes de vandalisme ».

Pour aider les Nigérians qui voudraient quitter l’Afrique du Sud, le ministère des Affaires étrangères a déclaré qu’on leur offrait un vol gratuit pour rentrer chez eux.

En réponse à la violence à Johannesburg, deux des meilleurs musiciens nigérians, Burna Boy et Tiwa Savage, ont annoncé qu’ils boycottaient l’Afrique du Sud.

Burna Boy a juré de ne plus jamais retourner en Afrique du Sud jusqu’à ce que le gouvernement se « réveille ».

Tiwa Savage s’est retirée d’un concert qu’elle avait prévu de donner en Afrique du Sud en septembre, condamnant « le massacre barbare de [son] peuple ».

Le chanteur a ensuite précisé que « [son] peuple » pouvait être n’importe quel Africain.

Pas de justification

Mardi, le président sud-africain Cyril Ramaphosa a condamné la vague de pillages et de violences.

« Rien ne peut justifier qu’un Sud-Africain attaque des gens d’autres pays », a-t-il fait remarquer.

La police sud-africaine a déclaré que la violence a diminué et près de 300 personnes ont été arrêtées à la suite de ces troubles.