Sénégal: élan de solidarité au profit d’une femme handicapée



socialL’histoire du quotidien difficile d’une vendeuse handicapée de charbon, dans la ville de Kaolack, a ému les Sénégalais du monde entier. A tel point que des jeunes ont récolté en quelques jours plus de 12 000 euros pour améliorer la vie de la marchande. Dans le pays, le handicap reste tabou et les personnes infirmes sont souvent reléguées à la mendicité.


« Vous en êtes où avec les courses ? » Khadija Diallo supervise l’achat des sacs de riz, des bidons d’huile pour Ouly Diop, une femme handicapée dans la ville de Kaolack. Son histoire, découverte sur les réseaux sociaux, a touché Khadija et avec un groupe de jeunes elle a lancé pour cette dame une cagnotte. « On va lui ouvrir un compte bancaire où sera mis le reste de l’argent. On va également lui donner une somme de 500 000 FCFA qui lui permettra de se reposer, de ne pas penser au travail, mais à sa santé », explique-t-elle. Objectif : « Changer sa vie ».

Une vie dans la précarité

Ouly Diop, entièrement paralysée du côté droit, parcourt chaque jour des kilomètres depuis dix ans pour vendre son charbon et faire vivre sa famille. Son bénéfice mensuel dépasse rarement les 6 000 FCFA et elle doit souvent s’endetter. « Il y a des handicapés qui sont aidés chaque mois par l’Etat mais moi je n’ai jamais rien eu, pas un centime », explique cette commerçante. Mais aujourd’hui, « si les gens continuent avec cette solidarité, la vie dure que j’avais va vraiment changer. Je pourrai vivre de cette aide ».

Dans la cour, Alioune, le fils aîné, est rivé à son portable. Au bout du fil, des anonymes qui souhaitent tous faire un don. Comme, en cet instant, Ngoné, une Sénégalaise expatriée à New York. Avant qu’elle envoie de l’argent, « il faut qu’on fasse un appel vidéo avec mon frère et ma mère pour qu’elle nous voie », raconte Alioune, qui a aussi été contacté par des personnes de « Norvège, du Canada et d’autres pays », toutes désireuses « d’envoyer de l’argent ».

L’homme ne s’attendait pas à un tel élan de solidarité. Avec l’argent récolté, il souhaite construire un étage pour leur maison familiale et emmener sa maman en pèlerinage à la Mecque.