Tortures dans les prisons : La plaidoirie de Me Assane Dioma Ndiaye

prisonsPrésident de la Ligue sénégalaise des droits humains, Me Assane Dioma Ndiaye déplore la torture dans certains lieux de privations de libertés.


Me Assane Dioma Ndiaye regrette que toutes les actions entreprises par les défenseurs des droits humains pour lutter contre ce phénomène qui, selon lui, bafoue et piétine la dignité de l’être humain soit réduit à néant.

Selon Assane Dioma Ndiaye, pour éradiquer ce phénomène, la Ligue sénégalaise des droits humains avait entrepris des campagnes de sensibilisation à l’endroit des forces de l’ordre et des agents de l’administration pénitentiaire. A l’en croire, des séminaires thématiques sur la torture avaient été organisés à leur attention. Ce, tout en étant en droit de penser que le phénomène allait être réduit à sa plus petite expression.

De l’avis de Me Assane Dioma Ndiaye, il y a matière à enquêter contre la torture dans les lieux de détention. « Au-delà de la dénonciation, nous pensons qu’il faut entreprendre encore cette campagne de sensibilisation. Mais, également, il faut faire en sorte que les actes de tortures ne restent pas impunis. Car, nous pensons que la plus grande cause de réitération de ces actes de tortures ou de bavures demeure cette forme d’impunité qui fait en sorte qu’on ne prenne pas soins des sanctions qui pourraient s’abattre sur la tête de ceux qui s’adonneraient à certaines pratiques », a déclaré Assane Dioma Ndiaye.

Avant d’ajouter :

« Ceux qui commettent de tels actes ne doivent pas s’en sortir indemnes. Ils doivent être sanctionnés à l’aune de l’atrocité de leurs actes. Même le commandement du chef ne peut pas exonérer l’auteur qui serait coupable d’actes de tortures. Et, aucune cause ne peut justifier également des actes de tortures. C’est une interdiction absolue qui s’impose à tout le monde », soutient-il.